Merci Messieurs

17 février 2011 - 06:58

Au terme d'un match d'une rare intensité, Arsenal est venu à bout d'un FC Barcelone de grande classe à l'Emirates (2-1), après avoir été mené au score, lors du huitième de finale aller de la Ligue des champions.

Un Emirates plein à craquer. Un hymne de Ligue des champions à vous donner des frissons. Et des stars. Messi, Fabregas, Iniesta, Villa, Nasri, Xavi... ils sont tous là. Bienvenue au coeur de la plus prestigieuse des coupes, pour la plus belle affiche de ces huitièmes de finale aller entre Arsenal et Barcelone. Le petit frère qui reçoit le grand en quelque sorte. Les accolades sont franches entre Wenger et Guardiola, amicales entre les deux capitaines Fabregas et Xavi. Bref, toutes les conditions sont réunies pour un match de folie. Et ça n'a pas raté. Deux touches de balle pour le Barça, pas plus. Suffisant pour déstabiliser des Gunners pourtant morts de faim...

Messi-Villa, le duo de choc

En même temps, que faire devant tant de classe et de génie, à l'image d'un Messi toujours aussi irrésistible ? L'Argentin s'est montré dans tous les bons coups. Si sa balle piquée (15e) et sa tentative de lob sur Szczesny (20e) n'ont pas trouvé le cadre, sa passe de l'extérieur du gauche pour David Villa a fait mouche (26e, 1-0). Impressionnant. Les génies du Barça étaient bien là. A l'instar du Real Madrid, humilié en Liga (5-0), Arsenal a semblé incapable de bousculer le club espagnol... du moins jusqu'à cette 79e minute. Wilshere, Walcott et Nasri, de retour de blessure, se sont montrés à leur meilleur niveau en seconde période avec Arsenal.


La vista incroyable de van Persie

Et de fil en aiguille, les protégés d'Arsène Wenger se sont créés des espaces, jusqu'à ce fameux coup de patte du Néerlandais van Persie à dix minutes de la fin. Une percée dans la surface, côté gauche, et un tir dans un angle improbable pour remettre les compteurs à zéro (78e, 1-1). Incroyable. Et ce n'est qu'un début. Souvent critiqué pour son manque d'expérience dans les grands rendez-vous, Arsenal a fait taire les critiques sur l'entrée décisive d'Archavine. Le Russe, opportuniste, a profité d'une accélération de Nasri pour enrouler son ballon (83e, 2-1) et faire exploser l'Emirates. Les Gunners se sont ouverts une trappe pour accéder aux quarts de finale de la compétition. Vivement le match retour du 8 mars prochain !


Rien ne va plus pour la Roma


Rien ne va plus pour l'AS Rome qui a été bousculée à domicile par les Ukrainiens du Chakhtior Donetsk (2-3), ce mercredi, lors du 8e de finale aller de la C1.

Jérémy Ménez est ce que l'on appelle un cache-misère. Actuellement sur un nuage, l'attaquant international français a marqué pour la Roma (61e), mercredi face aux Ukrainiens du Chakhtior Donetsk. Mais son but, aussi sompteux soit-il, n'a pas suffit à faire gagner son équipe, qui vient d'enchaîner trois défaites et un nul lors de ses quatre derniers matches, toutes compétitions confondues.

Trois buts en 13 minutes !

Au moment où Arsenal et le Barça enflammaient l'Emirates Stadium par leur technique, leur engagement sans faille et la qualité de leur jeu, les hommes de Claudio Ranieri ont encore livré une bien pâle prestation au Stade Olympique. Certes, ils ont rapidement mené au score grâce à Perotta (26e). Mais ils ont surtout pris complètement l'eau en fin de première période, encaissant trois buts 100% brésiliens en 13 minutes ! Jadson (29e), Costa (36e) et Luiz Adriano (41e) n'ont pas eu à forcer leur talent pour tromper un Doni étrangement abandonné par sa défense. Si la deuxième période des Romains fut un poil plus intéressante que la première, le retour s'annonce très compliqué pour eux le 8 mars en Ukraine.


Commentaires

S.C. JONQUIERES

  1.                 

ENVOYEZ-NOUS VOS PHOTOS !

Pour participer à la vie du club, envoyez-nous vos photos prises lors des matchs, des entraînements, des évènements du SCJ, ... à l'adresse suivante :


scjonquieres@gmail.com

                          

Merci de votre participation

Aucun événement