Toulouse, Caen Et Sainté Engrangent

15 août 2011 - 22:46

En s'imposant logiquement face à Dijon (2-0), Toulouse a réalisé un très joli coup, lors de cette 2e journée de Championnat. Le Téfécé, désormais en tête du classement, compte six points. Tout comme Caen et Saint-Etienne.

Toulouse - Dijon : 2-0
Le changement de gardien dicté par Patrice Carteron n'a pas servi à grand-chose. Après la gifle reçue contre Rennes (1-5), le week-end dernier, et la mise à l'écart de Jean-Daniel Padovani, Dijon n'est pas parvenu à surprendre Toulouse, ce samedi (0-2). Dominés de bout en bout, les Bourguignons ont cédé dans le dernier quart d'heure. D'abord sur une action magnifique signée Pentecôte et Bulut, le Turc inscrivant son premier but de la saison, puis sur un penalty de Machado. Malgré une belle partie où il a longtemps retardé l'échéance, Baptiste Reynet, le gardien intronisé numéro un, n'aura finalement pas pu empêcher la défaite de son club. Comme Padovani, la semaine dernière.

Sochaux - Caen : 1-2
Auteur d'un bon nul à Marseille la semaine passée (2-2), le FC Sochaux-Montbéliard a manqué son premier rendez-vous devant son public, face à Caen (1-2). Ancien formateur du club franc-comtois, Mecha Bazdarevic a dû ''apprécier'' les réalisations de Romain Hamouma et Pierre-Alain Frau, élevés au FCSM. Les deux joueurs n'en ont pas rajouté au moment de célébrer leurs buts, pourtant synonymes de deuxième place provisoire. Les Sochaliens, eux, ont atténué leur peine grâce à une belle frappe de Ryad Boudebouz, un autre produit maison.

Saint-Etienne - Nancy : 1-0
Sylvain Marchal se souviendra longtemps de sa première réalisation sous les couleurs de Saint-Etienne. Un an après son arrivée dans le Forez, le défenseur stéphanois (88e) s'est magnifiquement illustré face à Nancy (1-0) pour offrir la victoire à ses partenaires, à seulement deux minutes du coup de sifflet final. Un but salvateur qui permet à l'ASSE, vainqueur de ses deux premiers matches de L1 pour la première fois depuis la saison 1973-1974, de se hisser tout en haut du classement, avec six unités. Seul Toulouse devance en effet les Verts à la différence de buts.

Lorient - Bordeaux : 1-1
Après son succès mérité face au PSG (1-0), la semaine dernière, Lorient pensait bien jouer le même tour à Bordeaux, ce samedi. Après l'ouverture du score de Jouffre, avec au passage une mésentente Ciani-Carrasso, les Merlus, auteurs d'une très belle partie, pouvaient donc y croire dur comme fer. C'était sans compter sur le coup de tête rageur de Henrique durant le temps additionnel de la partie, après un coup franc botté par Plasil. Les Bretons essaieront de retrouver la victoire face à Dijon, lors de la prochaine
journée.

Débuts mitigés pour Garde à Gerland

Une semaine après avoir décroché une victoire remplie de belles promesses à Nice (3-1), l'Olympique Lyonnais s'est cassé les dents ce samedi, à Gerland, devant le promu ajaccien (1-1). Rémi Garde a encore du travail à accomplir.

La dernière sortie de l'Olympique Lyonnais dans son stade de Gerland, le 21 mai dernier face à Caen (0-0), avait vu les supporters rhodaniens saboter la soirée afin de réclamer le départ de Claude Puel. Pour les retrouvailles entre l'OL et son public, Rémi Garde, le nouvel homme fort chez les Gones, a eu droit à une belle ovation de la tribune nord. Un accueil chaleureux pour l'ancien directeur du centre de formation lyonnais qui n'a cependant pas trouvé l'écho mérité pour cette occasion au tableau d'affichage devant l'AC Ajaccio (1-1).

Tourner la page avant le Rubin Kazan

Toujours en rodage, Lyon, mené au score dans un premier temps, a d'ailleurs bien failli vivre une grosse désillusion. L'égalisation de Lisandro (82e), malchanceux après avoir trouvé par deux fois le poteau (8e et 9e), est ainsi venue masquer un manque flagrant de réalisme de la part des Rhodaniens, auteurs de cinq tirs sur les montants lors de cette rencontre. Malgré sa très nette domination, l'OL a dû se contenter du nul devant un promu auteur de l'ouverture du score, grâce à une volée de Sammaritano (58e), sur sa seule véritable occasion. Impérial dans son but, Ochoa a également assuré le spectacle sur sa ligne. Actuel cinquième de Ligue 1, Lyon va donc désormais devoir se concentrer sur son barrage aller de Ligue des champions, face au Rubin Kazan, mardi. Et rapidement oublier ce premier accroc de la saison.

Le PSG avance pas à pas

Après sa défaite inaugurale face à Lorient (0-1), le PSG a retrouvé, samedi, de la cohésion et du caractère pour ramener le nul de Rennes (1-1) malgré une multitude de vents contraires. 

Leonardo ne doit pas regretter d'avoir parcouru les 350 kilomètres qui séparent Paris de Rennes. Le directeur sportif du Paris-SG a pu s'apercevoir des progrès et des manques d'une équipe qui a rendu une bien meilleure copie que face à Lorient, samedi dernier (0-1). Les hommes d'Antoine Kombouaré sont même passés tout près du hold-up, avant de laisser les Bretons égaliser sur une erreur d'inattention (1-1). Dominé dans l'ensemble, le club de la capitale a dû faire face aux sorties sur blessure de son capitaine, Mamadou Sakho (33e), puis de Christophe Jallet (51e), titularisé au milieu suite au forfait de Nene. Beaucoup d'événements donc, qui auraient pu coûter cher sans les interventions autoritaires de Salvatore Sirigu, décisif à de nombreuses reprises.

Les recrues au rendez-vous

Au retour des vestiaires, l'entrée de Guillaume Hoarau a fait du bien aux joueurs parisiens. C'est notamment grâce à leur point d'appui qu'ils sont parvenus à ouvrir le score. Après un relais de l'attaquant réunionnais, Blaise Matuidi s'est offert une belle percée pour servir Jérémy Ménez, dont la remise en une touche pour Kevin Gameiro a fait mouche (73e). Solide, et avec des recrues au rendez-vous, le PSG a cru tenir sa victoire, jusqu'à ce que Siaka Tiéné ne s'aligne pas avec ses coéquipiers pour offrir un boulevard à Jonathan Pitroïpa, qui ne s'est pas privé pour égaliser de près (88e). Quelques secondes plus tard, ce même Tiéné a bien failli transformer un ballon sans danger en but contre son camp en manquant totalement son dégagement. Des progrès, donc, mais toujours quelques maladresses, que Leonardo n'a certainement pas oublié de noter.

Valenciennes rate son baptême

Avec la réception de Brest, ce samedi, Valenciennes a disputé son premier match officiel dans son nouveau stade du Hainaut. Dominateurs, les Nordistes ont pourtant concédé un triste résultat nul (0-0) à l'occasion de ce grand baptême. Une performance en demi-teinte qui a d'ailleurs valu aux protégés de Daniel Sanchez une belle salve de sifflets de la part de leurs supporters au coup de sifflet final. Car malgré de bonnes intentions dans le jeu, le VAFC n'a pas trouvé de solutions, à l'image de Grégory Pujol bien cerné par la défense bretonne.

Très remuant, l'ancien Sedanais s'est en effet montré incapable de convertir ses opportunités pour offrir à sa formation une première victoire en Ligue 1 cette saison. Clairement venu chercher le point du nul dans le nord, Brest a donc réussi son pari. Avec seulement deux unités, les Bretons pointent même dans la première moitié de tableau, en huitième position.

L'OM est incorrigible

Passé à côté d'un premier succès en Championnat face à Sochaux (2-2) la semaine passée, Marseille s'est incroyablement effondré ce dimanche pour finalement laisser échapper deux points sur la pelouse d'Auxerre (2-2). Les Phocéens ont pourtant mené 2-0... 

Raillé pour son inconstance après six réalisations encaissées en deux matches officielles (face à Lille et Sochaux), Marseille va de nouveau voir s'abattre les critiques. Auteurs d'une première période de rêve sous le déluge bourguignon, les Olympiens pourront à coup sûr compter sur Didier Deschamps pour leur rappeler qu'un match se dispute sur deux mi-temps. Solide, agressif sur le porteur du ballon et réaliste avant la pause, le vice champion de France avait clairement les trois points en poche en menant à Auxerre par deux buts d'écart. Avant de tout gâcher.

Et la défense craque, encore


Si Loïc Rémy (3e) et André Ayew (42e) avaient placé Marseille sur orbite, Alain Traoré (46e) et Roy Contout (81e) sont venus renvoyer les protégés de Deschamps à leurs chères études. Avec ces deux nouveaux points perdus, les Phocéens sont bien loin de faire honneur à leur statut de candidats potentiels au titre. Neuvième avec deux unités, l'OM accuse d'ailleurs un retard de quatre longueurs sur les trois leaders (Toulouse, Caen et Saint-Etienne) après deux journées. Rien d'inquiétant, bien sûr, si le tir est rapidement corrigé. Mais laisser Souleymane Diawara sur le banc n'a visiblement pas porté ses fruits. A Deschamps désormais de trouver de nouvelles solutions pour mettre à niveau une défense toujours aussi peu rassurante.

De son côté, Evian-TG a décroché la première victoire de son histoire en Ligue 1 en disposant de Nice (1-0) devant son public. Avec un soupçon de réussite, les Savoyards, ballottés en première période, ont fait la différence au retour des vestiaires par l'intermédiaire de Saber Khelifa (50e). Un succès historique qui offre au promu une belle sixième place en Championnat.

Lille mord encore la poussière en août

Le mois d'août n'est pas propice à Lille. Les Dogues l'ont une nouvelle fois prouvé ce dimanche, en s'inclinant (0-1), à domicile, devant Montpellier. Le bourreau des Nordistes se nomme Olivier Giroud.

Le Losc a eu beau modifié sa préparation d'avant-saison en adoptant un programme physique allégé, les résultats ne suivent toujours pas. Incapable de briller au mois d'août, avec désormais quatorze rencontres de rang sans victoire sur cette période depuis l'arrivée de Rudi Garcia aux commandes, Lille a de nouveau été accroché à l'occasion de la 2e journée de Ligue 1. Toujours très à l'aise techniquement, le champion de France en titre a copieusement dominé Montpellier durant 90 minutes, mais n'a pas su confirmer sa supériorité au tableau d'affichage.

Un air de déjà vu

Pourtant bien en jambes, Moussa Sow (10e, 40e, 56e, 74e) a cruellement pêché dans la finition aux avant-postes malgré les multiples efforts d'Hazard. Un manque de réussite que les Dogues ont fini par payer au prix fort. Parfaitement lancé par Jamel Saihi dans le dos de la défense lilloise, Olivier Giroud (70e) s'est montré opportuniste pour venir ajuster Landreau et réaliser le gros coup de la soirée. Avec six unités, le MHSC grimpe en effet sur la deuxième marche du podium, seulement devancé par Toulouse à la différence de buts (+3 contre +4). De son côté, Lille, qui n'avait plus connu la défaite en Championnat depuis le 9 avril et un revers à Monaco (0-1, 30e j.), chute au quatorzième rang. Les mois d'août se suivent et se ressemblent dans le Nord.

Commentaires

S.C. JONQUIERES

  1.                 

ENVOYEZ-NOUS VOS PHOTOS !

Pour participer à la vie du club, envoyez-nous vos photos prises lors des matchs, des entraînements, des évènements du SCJ, ... à l'adresse suivante :


scjonquieres@gmail.com

                          

Merci de votre participation

Aucun événement