L'OM S'Enfonce Dans Le Nord

29 août 2011 - 07:30

Ce dimanche, l'OM espérait bien décrocher sa première victoire de la saison à Lille, après trois nuls pour commencer. Mais les Olympiens se sont finalement inclinés 3-2 au terme d'un match encore riche en buts.

La Ligue 1 a peut-être enfin trouvé sa plus belle publicité. Un match qui oppose Lille et Marseille rime désormais forcément avec spectacle, et avalanche de buts. 24 sur les 5 derniers matches. Celui de dimanche soir n'a donc pas dérogé à la règle. Au terme d'une rencontre disputée, c'est cette fois le LOSC qui a pris le dessus sur l'OM (3-2), et pris sa revanche sur le récent Trophée des champions (4-5). Auteur d'un doublé, Moussa Sow a enfin retrouvé son efficacité de l'an dernier, et prouvé que son équipe, malgré les départs de Gervinho, Rami ou encore Cabaye cet été, restait malgré tout l'une des patronnes de l'élite.

La défense marseillaise prend (encore) l'eau

C'est pourtant l'OM qui a fait l'essentiel du jeu. Dominateur d'entrée (68% de possession contre 32%), Marseille a eu le tort de ne pas avoir su concrétiser ses occasions. Sur le premier contre lillois, Sow a lui parfaitement devancé Mandanda pour ouvrir la marque, du droit (15e). Didier Deschamps le sait, il a encore beaucoup de travail à faire en défense, un secteur si cher à ses yeux, pour espérer décrocher le titre. Heureusement pour lui, devant, son équipe tient la route. D'un doublé en six petites minutes, Valbuena a ainsi redonné de l'air aux siens, en même temps que l'avantage au score.

Sow signe le doublé


Un avantage que l'OM n'a toutefois pas su préserver. Impuissant, Fanni, replacé dans l'axe, n'a pu empêcher l'égalisation de Chedjou, sur un centre en retrait parfait de Payet (67e, 2-2). Avant de craquer et de provoquer le penalty de la gagne pour Lille. Un penalty transformé par Sow (75e, 3-2), synonyme de deuxième victoire consécutive pour le LOSC, désormais septième. Pour Marseille, la crise n'est déjà plus très loin. Les jours à venir s'annoncent quelque peu animés du côté de la Commanderie...

Ce Paris prend forme

Archi-dominateur après le repos, le Paris-SG a pourtant dû attendre le temps additionnel pour s'imposer à Toulouse (3-1), grâce notamment à deux passes décisives de Pastore et à un Erding décisif.

A voir sa deuxième période à Toulouse, ce dimanche, on se dit forcément que ce PSG là pourrait très vite faire des ravages en Ligue 1. Mais il lui faudra pour cela se montrer plus constant dans l'effort et, surtout, prendre conscience qu'un match commence à la 1ère minute, pas à la 46e. Dominés, voire malmenés dans le premier acte par une équipe de Toulouse pourtant privée de plusieurs cadres, les hommes de Kombouaré ont dû attendre le retour des vestiaires pour faire la différence.

Avant cela, Capoue, étonnamment seul aux 6 mètres, avait donné un avantage plutôt mérité aux locaux, sur corner (39e). Piqués au vif, les Parisiens ont alors pris le jeu à leur compte tout de suite après le repos. Et le show Pastore a pu commencer. D'une ouverture millimétrée, le prodige argentin a d'abord envoyé Gameiro tromper Ahamada d'une jolie balle piquée (57e). Sans un superbe arrêt de ce même Ahamada, il aurait lui-même donné l'avantage aux siens après un enchaînement de grande classe (62e).

Erding, un but une passe en cinq minutes

Dans tous les bons coups, il attendra finalement les toutes dernières minutes pour délivrer un nouveau caviar à Erding, entré en jeu quelques minutes plus tôt, et qui ne se fera pas prier pour transformer l'offrande (89e). Ménez, déjà auteur d'une superbe frappe en première période qui avait touché les deux poteaux avant de ressortir (24e), mettra ensuite un terme à tout suspense sur un superbe service d'Erding, qui a montré en quelques minutes qu'il pouvait lui aussi être une pièce importante du puzzle. Le Paris fou de Leonardo commence bel et bien à se dessiner. Les détails restent forcément à peaufiner, mais les contours semblent de moins en moins flous.

Rennes confirme, Sochaux se reprend

Malgré une deuxième période délicate, les Rennais ont réussi à prendre le meilleur sur Caen, ce dimanche (3-2), grâce notamment à 45 premières minutes excellentes. Du côté de Sochaux, Ryad Boudebouz, d'un beau doublé, a offert les trois points à sa formation contre Saint-Etienne (2-1).

Rennes - Caen : 3-2
Décidément, Rennes est une équipe à deux visages. Les Bretons savent ainsi faire voler en éclat n'importe quelle formation, en atteste la large victoire de jeudi face à l'Etoile Rouge de Belgrade (4-0), mais ils peuvent également sombrer à n'importe quel moment. Comme contre Montpellier (0-4), il y a une semaine. Ce dimanche, face à Caen (3-2), les Rouge et Noir ont de nouveau joué à Docteur Jekyl et Mister Hide. Solides et efficaces durant les 45 premières minutes, avec notamment des buts de Razak Boukari (5e) Jirès Kembo (40e) et Kader Mangane (45e), puis beaucoup trop relâchés au retour des vestiaires, Thomas Heurtaux (58e) puis Frédéric Bulot (60e), réduisant la marque en quelques instants. Et quand on sait que Mbaye Niang, la jeune pépite caennaise, a manqué un penalty en début de rencontre (12e), on peut parier que Frédéric Antonetti, malgré la victoire, aura des choses à dire à ses joueurs...

Sochaux - Saint-Etienne : 2-1
Avec Modibo Maïga de retour, Sochaux a enregistré sa deuxième victoire de la saison en Championnat (2-1). Mais l'attaquant malien n'a pas pesé du tout face à Saint-Etienne, ce dimanche. Les Doubiens l'ont finalement emporté grâce à un doublé de Ryad Boudebouz, toujours dans les bons coups ce dimanche face aux Verts. Il a d'abord envoyé au tapis Stéphane Ruffier d'une frappe de loin (6e), avant de prendre le gardien à contre-pied sur penalty (42e). Entre-temps, Pierre-Emerick Aubameyang avait redonné espoir aux visiteurs d'une somptueuse frappe en pleine lucarne (35e). Avec ce succès qui va faire oublier l'élimination en Ligue Europa, les Sochaliens vont pouvoir tranquillement décompresser durant la trêve internationale.

Lyon, une victoire et une grosse perte

Trois jours après sa qualification pour la phase de poules de la Ligue des champions, Lyon s'est imposé, ce samedi, face à Montpellier au terme d'un très joli match (2-1). Seule ombre au tableau, la grave blessure de Lisandro Lopez.

Si Bakary Koné réalise de très bons débuts avec Lyon, la meilleure recrue du club vient sans doute de son banc. Elle s'appelle Rémi Garde. Le nouvel entraîneur de l'OL, avec sa gueule d'ange, a redonné confiance à une équipe en perte de vitesse, dont le dernier titre remonte à 2008. Depuis le début de saison, les Rhodanniens semblent monter en puissance et la victoire, ce samedi, contre Montpellier en est le parfait exemple (2-1). Plutôt dominés dans l'ensemble par une magnifique formation héraultaise, les coéquipiers de Bafétimbi Gomis ont finalement arraché les trois points grâce à des buts de Miralem Pjanic (49e) et Jérémy Pied (84e). Une victoire de champion, serait-on tenté de dire, tant les Lyonnais ont subi pendant les 90 minutes.

Lisandro saison terminée ?

Ils ont dû faire face aux nombreux assauts des visiteurs, avec notamment un Olivier Giroud dans tous les bons coups. L'ancien Tourangeau, qui pourrait bien remplacer Guillaume Hoarau, blessé, chez les Bleus, s'est mis en évidence à de nombreuses reprises, même si la réussite l'a souvent fui (9e, 13e, 56e). Il a même trouvé le poteau (62e), avant que son pote Younès Belhanda ne voit sa frappe détournée sur la barre par le toujours génial Hugo Lloris (68e).

Un quart d'heure plus tard, le numéro 10 montpelliérain se mettait une nouvelle fois en évidence. Mais de la mauvaise manière cette fois-ci, puisqu'il se faisait expulser pour un geste d'humeur sur Miralem Pjanic. A onze contre dix, les Lyonnais n'ont alors pas mis bien longtemps pour faire le break, Jérémy Pied, d'une belle reprise sur un centre de Pjanic, ajustant parfaitement Laurent Pionnier deux minutes après le coup de sang du jeune joueur du MHSC. Avec cette victoire, la seule mauvaise nouvelle de la soirée pour Lyon, en plus du but encaissé en toute fin de rencontre (Henri Bedimo, 90e+1), est évidemment la grave blessure de Lisandro Lopez, touché dans un duel malheureux avec Vitorino Hilton. L'Argentin pourrait être absent de longs mois. Une grosse perte pour l'OL, à coup sûr.

Bordeaux et Auxerre décollent enfin

Après deux nuls consécutifs, Bordeaux a enfin remporté sa première victoire de la saison dans le temps additionnel à Valenciennes (2-1). Même chose pour Auxerre , qui a décroché son premier succès face à Ajaccio (4-1). Dijon s'impose à Evian (1-0), Lorient domine Nancy (2-1) alors que Nice et Brest n'ont pu se départager.

Bordeaux - Valenciennes : 2-1
Les Girondins de Bordeaux tiennent enfin leur première victoire de la saison ! Grâce à une précieuse réalisation d'Anthony Modeste (90e+2), entré en jeu un peu plus tôt, les protégés de Francis Gillot ont dominé Valenciennes sur leur pelouse du Hainaut. Mené au score suite à un but de Mathieu Dossevi (26e), le club au scapulaire a parfaitement inversé la tendance grâce à Abdou Traoré (79e) et Modeste. Un succès au courage qui permet aux Aquitains de grimper à la neuvième place de la Ligue 1.

Auxerre - AC Ajaccio : 4-1

Si Laurent Fournier aime faire marcher la concurrence depuis le début de saison au sein de son effectif, l'entraîneur de l'AJ Auxerre n'est pas prêt de sortir Alain Traoré de son onze type. Sur un nuage depuis la reprise, l'actuel meilleur buteur du Championnat vient d'inscrire ses quatrième et cinquième buts en Ligue 1 face au promu corse (4-1). Le tout en quatre matches ! Désormais septièmes avec cinq points, Fournier et l'AJA ont décroché leur premier succès de la saison grâce au milieu burkinabé.

Evian-Thonon-Gaillard - Dijon : 0-1
La saison dernière, en Ligue 2, Dijon avait battu par deux fois Evian-Thonon-Gaillard. Cette année, à l'étage du dessus, les choses n'ont pas changé. Les Bourguignons, dans un système très défensif à une seule pointe (Thil au départ), ont réussi un nouveau joli coup après leur victoire sur Lorient (2-0), la semaine dernière. Grâce au coaching parfait de Patrice Carteron, le DFCO est allé s'imposer en Haute-Savoie sur un nouveau but de Brice Jovial (1-0), déjà décisif face aux Merlus. L'ancien buteur du Havre a toutefois eu la réussite avec lui puisqu'il s'est magnifiquement emmêlé les pinceaux sur sa reprise du droit (60e). De quoi tromper Stephan Sörensen et prendre trois points à un concurrent direct pour le maintien.

Lorient - Nancy : 2-1
Le début de Championnat est décidément très délicat pour Nancy. Avec un seul petit point au compteur avant cette quatrième journée, les Lorrains espéraient bien en ramener trois de Lorient. Surtout après l'ouverture du score de Djamel Bakar (10e). Ils auraient même dû faire le break juste avant la pause grâce à Jordan Lotiès (45e) si l'arbitre, Sébastien Desiage, n'avait pas annulé le but de l'ancien Dijonnais pour une faute inexistante. Après ce fait de jeu, les Merlus ont accéléré au retour des vestiaires. Sur un modèle de coup franc, Arnold Mvuemba égalisait (78e) avant que Yann Jouffre ne donne la victoire aux siens sur un tir détourné dans le temps additionnel (90e+2). Un scénario cruel pour les hommes de Jean Fernandez...

Nice - Brest : 0-0
Et de quatre pour le Stade Brestois ! Au terme d'une rencontre assez pauvre en occasions, les Bretons sont allé décrocher leur quatrième nul de rang en Ligue 1 sur la pelouse de Nice (0-0). Un nul qui n'arrange aucune des deux formations, toujours engluées dans la deuxième partie de tableau. Avec deux unités, les Aiglons (17e) stagnent d'ailleurs toujours dangereusement au-dessus de la zone de relégation, avec le même nombre de points qu'Ajaccio (18e).

Commentaires

S.C. JONQUIERES

  1.                 

ENVOYEZ-NOUS VOS PHOTOS !

Pour participer à la vie du club, envoyez-nous vos photos prises lors des matchs, des entraînements, des évènements du SCJ, ... à l'adresse suivante :


scjonquieres@gmail.com

                          

Merci de votre participation

Aucun événement