L'OM Retrouve Le Sourire

14 septembre 2011 - 07:55

Aux abois en Ligue 1, les Olympiens ont idéalement lancé leur campagne européenne, ce mardi, en s'imposant (1-0) sur la pelouse de l'Olympiakos. C'est Lucho qui a donné la victoire aux siens en début de seconde période.

Cette fois-ci, l'OM n'a rien lâché. Contrairement à ses récentes sorties en L1 face à Sochaux (2-2), Auxerre (2-2) ou Lille (2-3), où il s'était fait remonter après avoir mené au score, le club marseillais a tenu bon mardi sur la pelouse de l'Olympiakos (1-0), et a idéalement démarré sa campagne européenne. Cela faisait quatre ans que l'OM n'avait pas entamé la phase de poules par une victoire.

Didier Deschamps peut donc avoir le sourire. Car hormis une fin de match houleuse, marquée par l'expulsion de Fanni pour un tacle trop appuyé (90e), la première journée de ce groupe F s'est parfaitement déroulée pour l'OM, rarement inquiété par les Grecs. Archi-dominateurs, les Marseillais ont toutefois dû attendre le retour des vestiaires pour ouvrir le score, grâce à Lucho (50e), sur un centre parfait de Morel. Si Rémy n'avait pas trouvé le poteau en première période (37e), et si Costanzo n'avait pas réalisé une belle parade sur un tir parfait de Cheyrou (61e), la note aurait pu être beaucoup plus salée pour les joueurs d'Athènes, qui n'ont toujours pas joué en Championnat et qui manquaient donc logiquement de rythme.

Un coaching payant

Ce qu'il faudra retenir de ce match, en plus des trois points précieux récoltés par l'OM, c'est la bonne tenue de la défense olympienne, emmenée par un Nkoulou impérial pour son tout premier match de C1. En titularisant Djimi Traoré au poste de latéral gauche et en faisant monter Morel d'un cran, Didier Deschamps a enfin réussi un coaching payant. L'ancien Monégasque a correctement fait son boulot défensif, tandis que l'ex-Lorientais a été passeur décisif et s'est souvent montré tranchant dans ses débordements. A croire que le revers de samedi face à Rennes (1-0) avait déjà été oublié.

Milan arrache le nul à Barcelone

Trois jours après avoir concédé le match nul face à la Real Sociedad (2-2), le FC Barcelone a de nouveau été tenu en échec, par l'AC Milan (2-2) ce mardi en Ligue des champions.

Le FC Barcelone, tenu en échec par la Real Sociedad (2-2), avait donné quelques signes de faiblesse ce week-end en Liga. Les doutes, teintés d'amertume et de colère, se sont accentués ce mardi face à l'AC Milan. Menés dès la première minute, après l'ouverture du score d'Alexandre Pato sur la mise en jeu, les Catalans, candidats à leur propre succession, ont su faire preuve de patience et de caractère pour s'emparer du match, avant de craquer dans le temps additionnel.

Si le premier quart d'heure fut équilibré, la suite, elle, a été à sens-unique. Après avoir buté à plusieurs reprises sur Christian Abbiati, sauvé par son poteau sur un sublime coup franc de Lionel Messi (25e), les Blaugrana ont obtenu, à force d'abnégation, la récompense qu'ils cherchaient. Profitant d'une superbe incursion de Messi dans la surface, Pedro, libre de tout marquage, a remis les deux formations à égalité (1-1, 36e), avant que David Villa ne crucifie le portier rossonero d'un imparable coup franc (2-1, 50e).

Thiago Silva en sauveur

Privés de Kévin-Prince Boateng, sorti sur blessure (tout comme Iniesta), les hommes de Massimiliano Allegri ont terriblement souffert, incapables de contrôler la fougue catalane. Multipliant les fautes, enchaînant les mauvaises relances, Alessandro Nesta, en perpétuel duel avec Leo Messi, et ses coéquipiers n'ont su trouver les ressources nécessaires pour inquiéter les champions en titre. Jusqu'à ce que Thiago Silva surgisse.

Sur un corner de Clarence Seedorf, le Brésilien, bénéficiant de la passivité de ses adversaires, a placé sa tête pour tromper Valdès (2-2, 90e+3). Une nouvelle fois maître du jeu, le Barça a longtemps cru pouvoir s'épargner une nouvelle contre-performance. Mais à trop vouloir gérer leur avantage, les protégés de Pep Guardiola ont finalement été trahis par la dure loi italienne, où le réalisme prime.

Arsenal repris, Chelsea tranquille

Arsenal, qui a longtemps mené au score sur la pelouse du Borussia Dortmund, a fini par se faire reprendre (1-1). Chelsea a dominé le Bayer (2-0), alors que Porto a dû batailler pour venir à bout du Chakhtior Donetsk (2-1).

Trois jours à peine après avoir remporté sa première victoire de la saison en Championnat, contre Swansea (1-0), Arsenal a longtemps imaginé faire coup double sur la pelouse du Borussia Dortmund, pour son entrée dans la grande Ligue des champions. Bousculés par le champion d'Allemagne en titre, les Gunners, guidés par un Arteta assez inspiré, ont su faire parler leur réalisme pour ouvrir la marque au meilleur moment, juste avant la pause. Comme souvent, c'est Robin van Persie qui a fait la différence, récupérant un ballon dans les pieds de Kehl avant de réussir un une-deux parfait avec Walcott et de fusiller le pauvre Weidenfeller (42e).

L'ancien Lillois Gervinho a même eu le 2-0 au bout du pied à l'heure de jeu, mais il a finalement perdu son duel avec le gardien adverse (61e). Le tournant du match. Plutôt dominateur dans l'ensemble, surtout dans le premier et le dernier quart d'heure, le Borussia, qui aurait ouvert la marque sans un sauvetage sur sa ligne de Sagna (11e), a fini par égaliser en toute fin de match suite à un coup franc bêtement concédé par Song. Le ballon, mal dégagé par la défense londonienne, a atterri dans les pieds de l'ancien Sochalien Ivan Perisic, lequel a remis les compteurs à zéro d'une volée magistrale en pleine lucarne (88e). Un final cruel mais pas illogique pour Wenger et ses hommes, et qui fait les affaires de l'OM, seul leader.

Deux passes décisives de Torres pour Chelsea


Dans les autres matches du jour, Chelsea, ultra-dominateur, a dû attendre la dernière demi-heure, et deux passes décisives de Torres pour David Luiz (67e) et Juan Mata (90e+3) pour venir à bout du Bayer Leverkusen. La faute à un Bernd Leno longtemps en état de grâce. Les Blues prennent donc la tête du groupe A devant Genk et Valence, qui n'ont pu se départager (0-0). Dans le groupe C, Porto, mené au score sur sa pelouse par le Chakhtior Donetsk, a dû batailler ferme pour renverser la vapeur et signer une victoire pourtant largement méritée (2-1). La différence a été faite par Hulk (28e), encore une fois intenable, et Kleber (51e). Les Portugais prennent les commandes du groupe en compagnie de l'APOEL Nicosie, également mené sur sa pelouse par le Zénith Saint-Petersbourg avant de forcer la décision en trois petites minutes (Manduca 70e, Almeida 73e). Enfin, dans le groupe D, celui du Barça, le BATE Borisov est allé arracher le nul à Viktoria Plzen (1-1). Les quatre équipes sont donc ensemble, avec un point au compteur.

Commentaires

S.C. JONQUIERES

  1.                 

ENVOYEZ-NOUS VOS PHOTOS !

Pour participer à la vie du club, envoyez-nous vos photos prises lors des matchs, des entraînements, des évènements du SCJ, ... à l'adresse suivante :


scjonquieres@gmail.com

                          

Merci de votre participation

Aucun événement