Rennes Fait Plier Lorient

17 octobre 2011 - 22:04

Emmené par Kembo, impliqué sur les deux buts, Rennes a dominé Lorient (2-0), ce dimanche soir en clôture de la 10e journée. Les hommes de Frédéric Antonetti reviennent à deux points du podium.

Prudent mais ambitieux, Christian Gourcuff avait affirmé, à l'aube du derby entre Rennes et Lorient, que «chaque équipe chercherait à imposer ses armes». Dans la bataille bretonne, le bouclier défensif de Lorient, auréolé du statut de meilleure défense à l'entame de cette journée, a cédé devant les ressources offensives du Stade Rennais (2-0), une des attaques les plus prolifiques du Championnat.

Largement dominateurs, les hommes de Frédéric Antonetti ont ouvert le score grâce à un sublime coup franc de l'intenable Jires Kembo (10e), récompensant les débuts tonitruants des siens. Plus percutants offensivement, plus imposants dans l'entrejeu, où Pajot a affiché de belles promesses, les Rennais ont su imposer leur rythme, en alternant parfaitement jeu court et jeu long, en multipliant les appels dans les intervalles, tandis que Lorient s'est (trop) souvent perdu dans ses maladresses, à l'image d'Aliadière (70e), sorti sur blessure.

Rennes en embuscade

Crispé à l'idée de voir son adversaire revenir au score -comme ce fut le cas face à Nancy (1-1), Saint-Etienne (1-1) et l'Atletico Madrid (1-1) à la Route de Lorient ces dernières semaines- le Stade Rennais a longtemps géré, parfois déjoué, en seconde période, pour finalement assommer les Merlus, via un penalty obtenu par Kembo et transformé par Pitroipa (63e).

Rennes remonte au cinquième rang, à deux points du podium. Et stoppe net la série de six matches sans défaite des protégés de Gourcuff. Avant de recevoir le Celtic Glasgow, jeudi en Ligue Europa, Benoît Costil et ses coéquipiers débutent au mieux leur marathon, qui les verra disputer la bagatelle de sept matches en trois semaines.

Gameiro guide Paris

Porté par un excellent Kévin Gameiro, auteur d'un triplé, le Paris Saint-Germain a signé sa quatrième victoire consécutive en Ligue 1 ce dimanche à Ajaccio (1-3). Les Parisiens confortent leur place de leader, avec trois longueurs d'avance sur Montpellier et Lyon.

Une minute et quinze secondes. Voilà ce qu'il aura fallu à Kevin Gameiro pour donner l'avantage au Paris-SG, ce dimanche après-midi, à Ajaccio (3-1). Et ce but, le plus rapide de la saison en Ligue 1, ne sera finalement que le premier d'une série de trois pour l'ancien Lorientais, qui s'est donc offert son premier triplé sous les couleurs parisiennes. Si, comme souvent cette saison, le club parisien a manqué de justesse et de réalisme pour plier le match en première période, Medjani égalisant même pour les Corses à la 24e minute, il a su dicter sa loi après le repos.

Les hommes d'Antoine Kombouaré, qui ont longtemps buté sur un excellent Guillermo Ochoa (8e, 36e, 47e), ont alors déroulé et imposé leur jeu, comme ils l'avaient si bien fait à Toulouse, déjà (3-1, le 28 août). Et c'est donc Gameiro, disponible et toujours bien placé, qui a fait la différence. D'abord sur une remise de la tête de Sissoko (50e), puis un caviar de Chantôme en retrait (58e). Dépassé, Ajaccio n'a pu que constater les dégâts. Avec trois points d'avance sur Montpellier et Lyon, le PSG conforte sa place de leader, tandis que les Corses s'enlisent dans les profondeurs du classement.

VA s'offre un bol d'air

Dans le même temps, Valenciennes, mal en point(s) après un début de saison compliqué, a remporté sa deuxième victoire de la saison face à Sochaux. Et, comme pour la première (4-0 face à Dijon, le 17 septembre), il n'a pas fait semblant (3-0). Face à des Sochaliens branchés sur courant alternatif, les hommes de Sanchez ont fait la différence grâce à un doublé de l'excellent Vincent Aboubakar (43e, 75e) et une réalisation de Kadir (71e). Les Nordistes s'offrent un peu de répit et quittent la zone rouge, alors que Sochaux doit se contenter d'une triste onzième place.

Nice respire, Bordeaux étouffe

Solide vainqueur de Bordeaux (3-0) ce samedi soir, Nice s'éloigne de la zone rouge. Les Girondins, eux, s'enfoncent un peu plus dans les profondeurs du classement après cinq matches sans succès.

Le calvaire se poursuit pour Bordeaux. En quête de confiance -et, plus que jamais, de points- les Girondins, dont la dernière victoire remonte au mois d'août, ont une nouvelle fois montré l'étendue de leurs lacunes, ce samedi soir à Nice lors de la 10e journée de Ligue 1. Surclassés techniquement, dominés physiquement, les hommes de Francis Gillot ont littéralement sombré au stade du Ray (0-3). Et, sans un incroyable loupé de Mouloungui, seul face au but vide, en toute fin de match (90e), l'addition aurait été encore plus salée.

Nice se donne de l'air

Fébrile en défense, où il a multiplié les erreurs, Bordeaux a été sanctionné d'entrée par un but de ce même Mouloungi (11e). Libérés après l'ouverture du score, les Niçois ont logiquement doublé la mise grâce à Hellebuyck, bien servi par Meriem (35e). A l'affût après un coup franc, Clerc a alourdi la marque, de près, après la pause (65e). Plus ambitieux, plus audacieux, Nice met fin à une série de trois matches sans succès et prend ses distances sur la zone rouge.

Avec un seul point d'avance sur Ajaccio, premier relégable, Bordeaux s'engouffre, lui, dans la crise. «Il faut qu'on se bouge, a lâché, lucide, Fahid Ben Khalfallah au coup de sifflet final. Il va falloir changer d'état d'esprit. C'est catastrophique. On salit l'image du club.» Francis Gillot a fixé un objectif précis à ses joueurs : avoir au moins vingt points à la trêve. Ils en ont déjà perdu trois ce soir, et contre un concurrent direct au maintien.Ben Khalfallah a bien raison : «il y a urgence» à Bordeaux.

Marseille au ralenti, Lyon et Montpellier carburent

Après une trêve internationale agitée, l'OM a obtenu le point du nul à Toulouse (0-0), tandis que Lyon, vainqueur de Nancy (3-1), et Montpellier, tombeur de Dijon (5-3), reviennent à hauteur du PSG. Lille s'est, lui, imposé à Auxerre (3-1).

Après avoir réfuté l'hypothèse d'une revente du club dans un discours nourri d'émotions, Margarita Louis-Dreyfus, la propriétaire de l'OM, a souhaité «mettre les joueurs devant leurs responsabilités» cette semaine, dénonçant au passage des résultats «inacceptables». Le poids de ces mots, durs et sans concession, a visiblement résonné dans l'esprit des joueurs marseillais. Si tout n'a pas été parfait, ce samedi soir à Toulouse (0-0), les Phocéens ont montré un tout autre visage, balayant le manque criant d'agressivité en redoublant d'implication.

Tantôt dominateurs, tantôt en danger, les hommes de Didier Deschamps, plus performants à la récupération et dans les duels, ont su faire preuve d'audace et de créativité pour pallier leurs faiblesses défensives, toujours aussi frappantes. Malgré diverses tentatives, d'Ayew notamment, l'OM, bousculé après l'expulsion de Charles Kaboré (58e), n'est pas parvenu à ouvrir la marque. Mais, à défaut de ramener une victoire du Stadium, l'OM y a (re)trouvé un état d'esprit. C'est déjà ça...

Lyon et Montpellier mettent la pression sur Paris

Dans le même temps, Lyon a tranquillement disposé de Nancy (3-1), inquiétante lanterne rouge. Une nouvelle fois, ce sont Michel Bastos (25e, 32e) et Bafetimbi Gomis (27e), les deux hommes forts de ce début de saison, qui ont fait la différence, permettant aux Rhodaniens de rejoindre le Paris Saint-Germain, en déplacement à Ajaccio dimanche, et Montpellier, renversant face à Dijon (5-3), en tête du classement. Menés 2-0 après dix minutes de jeu, après un doublé de Corgnet (9e, 11e), les hommes de René Girard ont réagi grâce notamment à Olivier Giroud (50e, 58e, 80e), qui prend du même coup la tête du classement des buteurs avec sept réalisations.

Longtemps mené à Auxerre, où Oliech (35e) s'est à nouveau illustré, Lille, redynamisé par l'entrée en jeu d'Eden Hazard,a montré sa force de caractère en renversant la vapeur après l'heure de jeu grâce à Payet (68e), Jelen (80e) et Debuchy (90e+4 s.p.). Grâce à ce deuxième succès consécutif, le LOSC grimpe à la quatrième place, à un point des leaders, Après cinq matches sans succès (deux défaites, trois nuls), Saint-Etienne a, lui, renoué avec la victoire en s'imposant sur le terrain d'Evian-Thonon-Gaillard (2-1). Enfin, Brest, emmené par Grougi (45e), a été tenu en échec par Caen (1-1) et concède son huitième nul de la saison.

Commentaires

S.C. JONQUIERES

  1.                 

ENVOYEZ-NOUS VOS PHOTOS !

Pour participer à la vie du club, envoyez-nous vos photos prises lors des matchs, des entraînements, des évènements du SCJ, ... à l'adresse suivante :


scjonquieres@gmail.com

                          

Merci de votre participation

Aucun événement