Paris Devra S'en Satisfaire

20 décembre 2011 - 22:09

Au terme d'un match d'une grande intensité mais pauvre en occasions, le PSG n'a pu décrocher mieux qu'un nul devant Lille (0-0), ce dimanche. Montpellier occupe donc toujours la place de leader du Championnat grâce à une meilleure différence de buts.

La présence du Père Noël sur la pelouse du Parc des Princes avant le coup d'envoi et le froid polaire ambiant n'étaient pas trompeurs. A l'approche des fêtes de fin d'année, le beau jeu est rarement de sortie sur les terrains de l'Hexagone. Et le choc de la 18e journée entre le Paris-SG et Lille (0-0) n'a pas dérogé à la règle. Sous une pluie battante, les vingt-deux acteurs ne se sont guère montrés inspirés, en dépit d'un combat physique intense dans ce sommet en trompe-l'oeil. Les quelques «taupes» apparues sur l'aire de jeu n'ont, il est vrai, pas non plus favorisé le spectacle. Qu'importe.

La sortie de Pastore sifflée


Montpellier reste leader de la Ligue 1, et les nombreuses approximations ou gestes techniques manqués de la part des deux formations laisseront très certainement un goût amer aux 44.000 spectateurs. Avec un peu plus d'application, Gameiro (20e), pourtant seul face à Landreau après une ouverture lumineuse de Pastore -son unique éclair de génie de la soirée-, Nene (51e) ou Bodmer (88e), auraient pu faire basculer les débats en faveur du PSG. Mais, à l'image d'une formation qui a eu beaucoup de mal à aligner plus de trois passes de suite, l'attaque francilienne ne s'est que trop rarement hissée à la hauteur de l'événement. La sortie de Pastore (80e), sous les sifflets d'un public à la fois déçu par la prestation d'ensemble, mais qui aurait aimé voir l'Argentin rester plus longtemps sur la pelouse, en est le symbole.

Sirigu en sauveur


Si le compartiment offensif n'a pas eu le rendement escompté, la défense s'est, elle, parfaitement illustrée pour museler les intentions d'Hazard, Sow et Cole. Une performance à souligner en l'absence de Sakho, gêné par une douleur à la cuisse gauche durant l'échauffement et laissé sur le banc par Antoine Kombouaré. Sirigu s'est également bien employé, avec plusieurs parades décisives (15e, 60e, 77e, 90e+3), pour préserver ce point. Grâce à ce nul, le Paris-SG revient donc sur Montpellier, avec 37 points, mais demeure dauphin à la différence de buts (+13 contre +18). Invaincu depuis désormais seize rencontres de L1, le champion de France reprend de son côté sa place sur le podium (3e), à deux longueurs des co-leaders. Mais, à entendre la bronca du Parc au coup de sifflet final, la bonne affaire de la soirée n'était assurément pas à mettre au crédit du PSG.

Rennes n'avance plus, Bordeaux carbure

Logiquement battu par Ajaccio (0-1), Rennes a concédé son troisième match consécutif sans victoire en Championnat, ce dimanche. Bordeaux a, lui, confirmé son redressement en battant Sochaux (1-0).

De l'aveu-même de Frédéric Antonetti, le déplacement à Ajaccioconstituait un tournant pour Rennes. Après avoir quitté la Ligue Europa sans briller, les Bretons, en quête de victoire depuis quatre rencontres, voyaient en l'ACA l'adversaire idéal pour se relancer. La victime parfaite d'un éventuel renouveau. Alors qu'ils visaient clairement les trois points, Yann M'Vila et les siens ont été renvoyés à leurs insuffisances (0-1). Une nouvelle fois. 


Impuissants devant la solidarité ajaccienne, transparents dans l'entrejeu, les Rennais ont longtemps cru tenir le point du match nul. Le penalty non sifflé sur Benjamin André (12e) et l'incroyable raté de Richard Socrier, seul devant le but vide (53e), ont fait office d'avertissements. Mais, leur manque d'implication - et d'application - a finalement été logiquement sanctionné par Fousseiny Diawara (83e).

Bordeaux, la belle opération

Au-delà de la contre-performance mathématique, qui relègue les Rennais au septième rang, c'est avant tout l'état d'esprit affiché qui pose question. Lanterne rouge du Championnat avec six points de retard sur le premier non relégable, Ajaccio a, lui, offert à une démonstration de courage et d'abnégation. Dont les Bretons devraient s'inspirer, s'ils veulent renouer avec le succès.

Dans le même temps, Bordeaux a réalisé une très bonne affaire en disposant de Sochaux (1-0) grâce à un but de Ludovic Sané (22e). Après un début de saison délicat, marqué par diverses tensions, les Girondins confirment leur nouvel allant, malgré une deuxième période laborieuse. Les hommes de Francis Gillot, qui retrouvait son ancien club, basculent dans la première moitié de tableau et occupent désormais la neuvième place. Entreprenants mais inefficaces, les Lionceaux ne comptent, eux, qu'une longueur d'avance sur la zone rouge.

Lyon met la pression

En battant Evian-TG ce samedi (2-1), l'OL s'est provisoirement emparé de la troisième place du classement, à deux petits points du leader montpelliérain (2-1). Bousculés par le promu, les hommes de Rémi Garde ont bénéficié d'un coup de pouce du gardien haut-savoyard pour l'emporter.

Quel que soit le résultat de PSG-Lille dimanche, l'Olympique Lyonnais aura fait une excellente affaire à l'occasion de cette 18e journée de Ligue 1. Montpellier et Toulouse ayant partagé les points (1-1) un peu plus tôt, les Rhodaniens savaient qu'un succès face à Evian-Thonon-Gaillard leur premettait de revenir à deux points du leader héraultais. Malgré quelques difficultés en défense, l'OL a rempli son contrat (2-1) et mis la pression sur ses compagnons d'échappée en haut du tableau. Mieux, cela faisait plus de deux ans que les Gones n'avaient plus enchaîné quatre victoires consécutives en Championnat. Mis sur orbite par un but opportuniste de Jimmy Briand, au rebond après une frappe d'Alexandre Lacazette sur le poteau (35e), les Lyonnais ont craqué juste avant le repos sur une frappe de Yannick Sagbo (43e).

Lisandro libère Gerland

Surpris sur l'égalisation haut-savoyarde, Hugo Lloris a sauvé les siens juste à l'heure de jeu en détournant une frappe de Saber Khlifa sur sa transversale. Un sauvetage exploité quelques minutes plus tard par Lisandro Lopez. A l'affût sur un long centre de Jimmy Briand, l'attaquant argentin a profité d'une sortie plus qu'hasardeuse de Stephan Andersen pour envoyer de la tête le ballon au fond des filets (70e). C'est le sixième but en seulement huit matches de Championnat pour Lisandro cette saison. Si la fin de match fut ensuite animée, ce n'est pas en raison des occasions de but, mais plutôt à cause des expulsions de Clément Grenier puis de Fabrice Ehret. Cela n'empêchera pas Rémi Garde de savourer une victoire qui, lundi matin, pourrait bien compter double.

L'OM refait le coup, Montpellier encore freiné

Grâce à un but et une passe décisive de Mathieu Valbuena en toute fin de match, l'OM a retourné une situation compliquée face à Lorient (2-1). Montpellier a encore été ralenti, par Toulouse (1-1), pendant que Saint-Etienne confirmait son statut de candidat à l'Europe en battant Dijon (1-0). Brest, Nancy et Nice se sont donnés un peu d'air en bas du tableau. 

En ce moment, il ne fait pas bon mener au score face à l'OM à l'entrée du money-time. Comme à Dortmund il y a dix jours (3-2),Marseille a inscrit deux buts en toute fin de match pour arracher un succès quasiment inespéré face à Lorient (2-1). Et encore une fois, Mathieu Valbuena a tenu un rôle majeur dans ce retour d'enfer. Après qu'Innocent Emeghara ait refroidi le Vélodrome en ouvrant le score (77e) alors que les Merlus évoluaient à dix depuis la demi-heure de jeu, "Petit Vélo" a d'abord nettoyé la lucarne d'un Fabien Audard impuissant (84e). Le numéro 28 olympien a ensuite usé de sa malice pour obtenir un coup franc généreux (sur lequel Romao a à son tour été exclu), puis déposer le ballon sur la tête victorieuse de Benoît Cheyrou (90e + 5). Un succès mérité qui permet à l'OM de se hisser provisoirement à quatre points des places européennes.

Montpellier, leadership en danger

Dans le même temps, Montpellier n'est pas parvenu à rebondir après sa défaite à Valenciennes (0-1). Les Héraultais ont buté sur une excellente défense toulousaine (1-1), et enchaînent un deuxième match sans victoire pour la première fois depuis début octobre. Si le PSG s'impose face à Lille dimanche, il récupérera la première place du classement. Le MHSC pensait pourtant avoir fait le plus dur en ouvrant le score par l'intermédiaire de Geoffrey Dernis (7e), mais le Téfécé est revenu grâce à un slalom inspiré de Cheick Mbengue, conclu par une frappe du pied droit des 20 mètres (40e). La domination et les occasions montpelliéraines après le repos n'ont pas suffi, et les hommes d'Alain Casanova repartent donc de La Mosson avec un bon point.

Les Verts confirment, Brest et Nancy soufflent

Si Montpellier n'est pas certain de terminer l'année en tête, Saint-Etienne est lui assuré de compter parmi les candidats à l'Europe à mi-parcours. En allant s'imposer sans trembler à Dijon (2-1), les Verts se sont hissés à la cinquième place, leur meilleur classement depuis fin août. Dans le bas du tableau, Brest a gagné six places en battant Auxerre (1-0). Ce match a vu Kamel Chafni péter un plomb et être expulsé après avoir, selon lui, été victime de propos racistes de la part de l'assistant de M. Chapron. Bonne opération également pour Nancy, victorieux à Caen (2-1), et pourNice, qui s'est rapproché du premier non-relégable en battantValenciennes (2-0, doublé de Mounier).

 

Commentaires

S.C. JONQUIERES

  1.                 

ENVOYEZ-NOUS VOS PHOTOS !

Pour participer à la vie du club, envoyez-nous vos photos prises lors des matchs, des entraînements, des évènements du SCJ, ... à l'adresse suivante :


scjonquieres@gmail.com

                          

Merci de votre participation

Aucun événement